priscillem

Archive for the ‘en pratique’ Category

Voilà, c’est officiel, les cornichons … sont cuits!

In en pratique, Uncategorized on 30/10/2014 at 07:10

Une nouvelle session de 60 heures pour grands débutants vient de s’achever. Comme il m’arrive souvent de le faire, je les ai enregistrés – non sans réticences-. Voici le résultat de l’épreuve d’expression orale: à partir d’un canevas, élaborer un dialogue. Ils s’en tirent plutôt bien… et toujours dans la bonne humeur!

Vous aurez reconnu l’expression « les haricots sont cuits » (ou « les carottes sont cuites » ou bien encore « c’est la fin des haricots ») pour exprimer que c’est la fin de tout … expression légèrement modifiée du fait de l’engouement tout particulier des élèves pour la chanson de Nino Ferrer « les cornichons ».

Au restaurant… miam. Quel est le plat du jour?

_______________________________

 

À la gare. Une grève? Zut…

______________________________

 

Dans un magasin, pour une mini-jupe ROUGE

______________________________

 

La Tour Eiffel? c’est tout droit… (ou presque!)

 

Franchement, c’est pas sorcier!

In événements, en pratique, FLE, Uncategorized on 23/02/2012 at 12:45

Etant donné le franc succès remporté par cette série de divulgation parmi les enfants, je pose le lien de C’est pas sorcier! , le néolithique, histoire de rafraîchir nos connaissances avant notre visite préhistorique.

Profitez de ce retour aux sources  et

Allez  en route avec Jamy, Fred, Sabine et la petite voix…

Chauffe, Marcel!

(Vous savez bien, c’est le prénom du conducteur du camion…)

 

Enregistrements? A la Saint-Glinglin!

In événements, en pratique, FLE on 23/02/2012 at 08:30

Voici la deuxième saison du voyage romantique à Paris du couple Bottine.
[Pour mieux regarder les enregistrements, il faut cliquer sur le titre de l’article]

Cette 2ème Saint-Valentin ressemble beaucoup à la 1ère: Monsieur Bottine n’est pas très original, n’est-ce pas?

Ritz, restaurant La Tour d’Argent, fleurs, lingerie… Enfin, voyons comment l’armée des secrétaires de Monsieur Bottine (Secrétaire nº1, 2, 3 et 4)  se débrouille avec les commerçants parisiens (toujours très sympathiques et non pas arrogants comme certains étrangers le pensent…..Nous adorons les Clichés: la France vue de l’étranger

Le saviez-vous… ?  Bottine signifie petite botte.

J’ai encore en réserve une série d’enregistrements dans les commerces de notre « Petite France », avec de l’argent en plastique et beaucoup d’humour…

Les neiges de l’Aramo

In civilisation, en pratique on 02/12/2009 at 12:22

aujourd’hui fut un jour d’automne froid, entrecoupé de giboulés. Les éclaircies faisaient place aux averses; le froid et le vent nous accompagnaient.

Mais surtout, l’Aramo se cachait à notre vue, croûlant sous les nuages… quand la lumière nous laissait apercevoir sa masse, on devinait les neiges, toutes neuves, tout en haut, au sommet.
Quel temps! Alors, pour me réchauffer, sans vraiment y penser,  j’ai sorti cocottes et marmites; je les ai dépoussiérées et les plats en sauce que je mangeais, petite, chez ma grand-mère me sont revenus à l’esprit…

Je crois que ce sont plus  les odeurs -qui ravivent si bien les souvenirs-  qui m’ont fait envie. Elles m’ont rappelé les plats qui mijotaient longtemps, longuement, doucement dans la marmite posée sur la cuisinière à bois de ma grand-mère. Viandes macérée dans le vin blanc (alors, c’est une blanquette de veau, aux champigons de Paris) ou dans le vin rouge (le boeuf bourguigon ce qu l’on appelle chez nous une « daube », dans le pineau des Charentes  (veau braisé aux carottes), civet de lièvre -chassé par mon père: on trouvait toujours un plomb de chasse perdu!-… Je me souviens surtout des odeurs dans la maison car ces plats embaumaient toute la demeure et de l’interdiction formelle de s’approcher de la cuisinière qui brûlait. Parfois, on me permettait de jeter un morceau de bois à l’intérieur, c’était fascinant:  flammes, chaleur.

Mais tout cela est révolu: qui utilise de nos jours une cuisinière à bois? je pense que peu de gens, du moins chez nous. A l’ère des plaques électriques, des micro-ondes, qui continue à faire mijoter, des heures durant, des plats destinés à être engloutis en un repas? Non,  définitivement, ce n’est pas très productif, ni rapide… Pourtant, je vous assure que la cuisinière (ou le fourneau à bois), qui chauffait la pièce, cuisait les repas, et réchauffait les bouillottes -briques refractaires que l’0n enveloppait d’un linge pour les glisser dans les draps des lits, froids d’humidité dans ces pièces où le chauffage central n’existait pas encore- était un élément central des maisons d’autrefois. Je m’en souviens avec plaisir. C’est pour cela, pour cette vie d’avant, où la mesure et la conception du temps étaient différentes, qu’aujourd’hui je ferai une blanquette de veau et demain, une daube … Pour les neiges d’antan, pour les neiges de l’Aramo.

Le fond musical sera, sans aucun doute, « Les Neiges d’antan », du grand Georges.

Au fait, ce n’est pas sorcier ! (ce que me dit ma mère): Le secret est tout simplement de laisser faire le temps: macérer des morceaux de viandes de boeuf/veau dans du vin blanc ou rouge au moins un jour et une nuit, si ce n’est plus. Il faut dire que rien de vaut le tour-de -main, ou l’habitude de cuisiner, les petits trucs… car les plats ne ressemblent pas souvent à ceux de mes souvenirs.

Ensuite, on fait cuire lentement avec l’aide secrète du bouquet garni -feuilles de laurier, thym, romarin, oignon- et des légumes qui sont, en fonction du  plat: carottes, pommes de terres, champignons, navets,  poireaux…

Je ne sais pas vous, mais pour moi, ces odeurs représentent celles de la famille, de l’enfance, d’un temps ou l’on prend le temps de faire les choses, tout simplement.

Et si on n’enseigne pas cela à nos enfants, si je ne leur passe pas le relais, s’ ils n’ont aucune idée qu’autrefois – il n’y a que trente cinq ans – les choses se faisaient autrement…. comment pourraient-ils appréhender les progrès « en carne propia- dans leur chair », la chance dont ils bénéficient et ce  qu’ils ne peuvent que deviner, de façon bien artificielle?

La cuisinière, le repas familial, les longues heures de préparation, les femmes à la maison occupées par leurs tâches ménagères, la saveur des plats… tout cela m’est rappelé par la cuisinière à bois blanche de mes grands-parents et les neiges blanches de l’Aramo.

Une pensée.

Du partitif et des gâteaux

In événements, en pratique on 26/02/2009 at 09:37

Ouf… quelle nuit! Je crois que j’ai trop dîné hier soir!

Il y avait « juste pour grignoter », de la part de Minnie, Yasmina, Mortadelo, la Sorcière et toute la bande:

  • des crêpes ou « frisuelos » (avec de la confiture)
  • un biscuit
  • des brownies
  • des « rosquillas » ou beignets
  • un gâteau au chocolat
  • des macarons
  • une omelette de pomme de terre
  • une « empanada » ou tourte au thon
  • des gâteaux de pain d’épices
  • des chocolats aux amandes

Je crois que je n’ai rien oublié.

Ah, si répétez avec moi:  du sucre, de la farine  ….. du sucre, de la farine … pas de sucre…

En attendant les recettes et les photos… Bravo à tous!

L’étude du partitif et du lexique des aliments est bien plus facile maintenant…

Figures de style

In en pratique on 23/02/2009 at 19:46

Même si le titre est déjà pris par l’étude de Gérard Genette, je vais le réemployer pour ouvrir ici une parenthèse plus technique qui donnera quelques pistes sur le jargon littéraire.

  • Oxymoron: Cette figure consiste à rapprocher deux termes dont les significations paraissent se contredire:

« Cette obscure clareté qui tombe des étoiles » (Corneille, Le Cid).

s’élancer « en avant derrière la musique » (Joyce, Ulysse).

Nos amis de Québec

In civilisation, Des hêtres et des bêtes, en pratique on 15/02/2009 at 22:49

Avec les québécois, nous les français, nous entretenons des relations particulières. Vice-versa, je suppose qu’ils ont à notre égard quelque resssentiment : « nous » les avons littéralement et tout bonnement laissé tomber.

De ma région -Charente et Charente-Maritime -alors dénominée inférieure (hum!)- beaucoup sont partis, autrefois, vers la Nouvelle-France, religion oblige (ils étaient Huguenots, entendez protestants). Comme le disait mon brasseur de bière préféré* « Cartier, Cartier, oh, Jacques Cartier si t’avais navigué à l’envers de l’hiver… ».

J’ai toujours eu envie de connaître nos « cousins » acadiens. Alors j’ai lu Tremblay, Beauchemin (le matou, j’aime bien, mais Juliette aussi)  peinant au début avec les « Tabernacle« , « donner un bec » etc… mais savourant l’incomparable personnalité de leur langue si proche et pourtant si particulière pour un français; Alors, j’écoute Charlebois et quand je tombe sur une série, j’ai franchement du mal à comprendre plus de trois mots à la suite… c’est d’un frustrant!

Ma -brève- rencontre avec Montréal fut traumatisante: aéroport, GROS retard de correspondance, agents de douanes fort peu avenants, pour le dire d’une façon polie. Ce n’était pas le jour propice, non. Je sais que lorsque le moment viendra, ce sera spécial. Comment diraient les québécois???

Au fait, un jour, en cherchant des activités -il y a plein de choses et de sites intéressants provenant du Québec- j’en ai trouvé un sympa pour les ados: Acadie-man , genre Superdupont (cf. Gotlieb). Au moins, pour se faire une idée de l’accent, c’est « trop » ou « top« , comment diraient les ados justement… enfin, je crois…je dois avoir un de ces retards…au moins une décennie, mais je ne me mets pas à jour comme je le voudrais… (toutes les suggestions sont bienvenues). Tiens, ça me rappelle Agripine quand elle conseille à sa mère -essayant pathétiquement de parler « jeune »- de continuer à dire « génial » (Voir Brétécher, Agripine « Feeling »).

* Il s’agit de Charlebois, bien entendu, à recommander n’importe comment. D’ailleurs, je me permets de lui adresser un message direct: « Robert, continue à faire de la bière, d’accord si vraiment ça te plaît-elle est bonne du reste-; mais pense à faire une Maudite tournée II  (ou Divine tournée?) parce que je n’ai pas assité à la première et j’aimerais bien te voir en scène…

Bon alors pour passer à la pratique:

  • connaître Acadieman et sa lutte pour la prévention auprès des jeunes  (adosanté)
  • un polar au Québec
  • Je suis persuadée qu’il y a des sites à consulter à découvrir… si quelqu’un au Québec, un(e) lointain(e) cousin(e) veut bien m’orienter… ce sera avec le plus grand plaisir.

pour marquer cette relation qui existe des deux côtés de l’Atlantique, cette photo de chênes et d’érables me semble tout à fait appropriée…

« Si j’avais les ailes d’un ange »… « je reviendrai à Montréal… »


Sites d’écriture et de lecture

In en pratique on 13/02/2009 at 11:41

Quelques sites pour vous permettre de vous exercer de façon interactive…


Polar FLE: à travers une enquête policière vous réaliserez une gamme d’activités en fonction de votre niveau…

– Exercices auto correctifs de chez Didier

– Exercices de compréhension et de grammaire Bonjour de France

– Exercices de compréhension orale à partir d’émissions radiophoniques sur l’actualité RadioFrance1

– Gamme complète d’exercices (grammaire, ortho, compréhension, civilisation…) Le français en ligne

Doute sur un verbe? Doute sur un mot?

Pages d’écriture et de lecture

In en pratique on 13/02/2009 at 10:59

Je vous offre la possibilité de faire des exercices sur internet grâce aux pages suivantes:

  • Un jeu global sous forme d’enquête policière: le polar FLE (prenez « niveau débutant »). Il y a beaucoup de choses à faire donc prenez votre temps!
  • Grammaire et lexique:
  1. www.didieraccord.com pour une révision grammaticale générale. Vous pouvez vous texter sur tout le premier dossier du niveau 1 (les deux unités).
  2. Les interrogatifs: Canal rêve: mais où habite Élisabeth?
  3. Les comparatifs Canal rêve: les jeux olympiques des animaux.
  4. Les partitifs et le lexique du sport Canal rêve: mercredi sport (un conseil, il faut aller au bout de l’activité un peu lente au début).
  5. Lexique de la maison Bonjour de france.
  6. gamme complète d’exercices (aves les règles) Le français en ligne et Français free
  • Compréhension orale
  1. Au téléphone.
  • Expression
  1. écrite: le français en ligne
  • Civilisation
  1. La francophonie avec le « Canal rêve »

Verbes Lexique